FREEZZANESE 20 Déc 08

Cantu di u Fiumu18/19 Avril 09

A Canzona di u Rizzanese 23-Août 2009

 

avantapres

Le programme de la journée : corsu - english - français

Cantu di u Fiumu - les 18 & 19 avril
Deux journées pour découvrir les richesses du Rizzanese et de son environnement.

En ce week-end pluvieux, les amoureux du Rizzanese et des eaux vives ont bravé le temps capricieux pour rejoindre les rives du fleuve et participer à Cantu di u Fiumu. Plus déterminés que jamais, ils étaient nombreux à être venus échanger, débattre, partager, au fil de la rivière ...


En quête de la source ...
Les plus courageux sont montés jusqu'à la Bocca di l'Asinao, vers l'Incùdine, là où le Rizzanese prend sa source. Après deux heures de marche à travers la montagne, entre les aulnes rampants et les genévriers, l'Eau les attendait, jaillissante, comme à l'aube des temps ...
Pendant ce temps, à Zoza, les enfants avaient entrepris la confection de décorations multicolores et de petites embarcations de bois pour accueillir, le lendemain, les kayakistes venus de différents pays !


Nous nous sommes tous retrouvés pour un spuntinu (pique-nique) à Campu Longu, au bord de la rivière. Comme la pluie tombait à nouveau, le feuillage des chênes nous a offert un abri de fortune, et nous avons préparé un bon feu avec des branches mortes ramassées ça et là.


Cuccuruzzu ...
Puis, nous avons remonté le temps jusqu'à l'âge de Bronze et au site de Cuccuruzzu. Progressant sous les chênes, au milieu des chaos granitiques, nous avons atteint le Casteddu et de là, tels les premiers hommes, nous avons admiré l'oeuvre de la Nature. C'est dans ce lieu chargé d'histoire, au pied du Casteddu, que s'est organisé l'atelier d'écriture.

La pluie tombait toujours lorsque nous sommes allés visiter la chapelle romane du XII e siècle, San Ghjuvan Battista, cette merveille d'architecture est bordée, d'un côté par une charmante oliveraie et de l'autre côté, par le chantier dévastateur de l'usine hydraulique ... c'est ainsi que nous avons pu patauger dans la gadoue, la gadoue, la gadoue ... du chantier monstrueux !

Pour que résonne la voix de la rivière ...
De retour à Zoza, c'est à l'église que le violoncelliste Paul-Antoine de Rocca Serra et son élève Ambre nous attendaient, ils n'avaient pas hésité à faire 6 heures de route pour offrir un récital, moment magique et bouleversant, à la cause du Rizzanese. Enfin à l'abri, c'est au son des suites de Bach (petit ruisseau en allemand...) que nous avons pu nous sécher un peu !
C'est la nuit ... barbecue et veillée au coin du feu
A la nuit tombante, les kayakistes de 7 nationalités étaient au rendez-vous, ils nous ont rejoints sous les chênes verts en amont du Ponte Novu. A la lueur des torches, et des feux de camps, et au son des différentes langues et accents des convives, nous avons en partagé le repas, les idées et les sensibilités !
Dimanche matin, le soleil a fait une timide apparition, alors, pêcheurs et amis de la rivière ont investi le Ponte vechju décoré par les enfants.
Les kayakistes avaient pris le départ du Ponte Novu, à leur arrivée, nous avons tous retenu notre souffle quand le plus téméraire d'entre eux s'est jeté dans la dangereuse chute de 10 mètres de haut qui surplombe la piscine naturelle de Zoza. (La chute est redoutable, deux courants de force différente s'y affrontent et rabattent l'embarcation contre la paroi rocheuse )
Après ce spectacle intense et inoubliable un buffet généreux a récompensé sportifs et spectateurs.
Puis les kayakistes ont repris leur voyage sur la rivière et les enfants ont accompagné leur départ en mettant à l'eau les petits bateaux qu'ils avaient fabriqués la veille.
Puis vint le moment où Kitty Patrozzi nous conta avec talent des histoires et farces.


A 15 heures la petite salle de la mairie de Zoza était pleine d'une attentive assistance venue écouter Claude Dumont ( président de WWf ), Roberto Epple (SOS Loire vivant et ERN) et Martin Arnould ( responsable rivières vivantes WWF )

.
Le débat a été riche même si nous avons pu regretter qu'aucune personne " favorable à la construction du barrage " ne soit venue pour défendre ce point de vue.


C'est à Capo Lauroso, à l'embouchure du Rizzanese, que nous avons regardé le soleil embraser le golfe du Valinco et teinter de rose les monstres de granit émergeant des sables, avant de disparaître dans la mer / derrière l'horizon.
Nous avons eu la chance de découvrir sous un tamaris un pied de la précieuse et rarissime Anchusa Crispa, plante classée Natura 2000.
Le concours de châteaux de sable prévu n'a pas eu lieu . . . " c'est nul, on va construire un barrage . . . et on le détruira après ! " ont proposé les enfants infatigables.

Plus les travaux du barrage avancent, plus notre détermination à les empêcher est forte.
Nous sommes de plus en plus nombreux à participer à cette pacifique bataille, symbole d'une nature précieuse que ne doit pas être sacrifiée de façon irresponsable.

Salvemu Rizzanese

Ie pudemu !

Voir la Rivière d'images

 

 

Nous contacter: contact@rizzanese.fr - Rizzanese - 2009